image

Lagunes altiplaniques (18 Septembre 2010)

Traversée du Lipez et découverte des nombreuses lagunes de l'Altiplano : Laguna Cañapa, Hedionda, Honda, Colorada... Nuit au refuge de la Laguna Colorada.

Lagunes altiplaniques


Une fois n’est pas coutume, nous nous levons tôt. Une longue journée de route nous attend à travers les paysages désertiques et lunaires du Lipez. Durant les premières heures, nous parcourons les pistes planes et salées du Salar de Chiguana. Puis nous changeons de cap lorsque la route s’élève sur les contreforts du volcan Ollague qui marque la frontière avec le Chili. Le sel laisse place au sable et aux roches volcaniques.
Au loin, on distingue des routes qui se perdent dans les montagnes. Mais elles sont uniquement utilisées par les travailleurs locaux qui viennent pour la saison extraire du sol toutes sortes de minerais : borax, soufre, cuivre, argent… Il y a même une route qui mène à 5600 mètres d’altitude, soit à peine à 300 mètres du sommet.

C’est en poursuivant vers le sud que l’on découvre les magnifiques lagunes aux couleurs incroyables : la Laguna Cañapa aux reflets azur, la Laguna Hedionda et ses eaux sulfatées, ou encore la petite Laguna Honda.
Malgré les conditions de vie extrêmes, les lagunes sont riches de micro-organismes qui font le bonheur de la faune locale. Les lagunes accueillent en effet d’immenses colonies de flamants des Andes, flamants du Chili et flamants de James. Ces grands oiseaux se reflètent dans les eaux calmes des lagunes, où inlassablement ils plongent leur bec incurvé en avançant précautionneusement leurs longues pattes délicates.

Nous continuons toujours plus au sud sur la piste poussiéreuse à travers la région minière et les volcans qui avoisinent les 6000 mètres. Plus loin en traversant le coloré désert de Siloli, nous apercevons des troupeaux de vigognes broutant les maigres pâturages d’herbes ichu (la paja brava comme la nomme notre chauffeur). Contrairement à ses cousins domestiqués alpagas et lamas, les vigognes sont les derniers représentant à l’état sauvage d’une riche famille de camélidés.

C’est en fin d’après-midi que nous découvrons les eaux rouges de la Laguna Colorada, avec ses amoncellements naturels de borax. Bien plus vaste et plus salée que les autres lagunes, cette immense étendue de rouge et de blanc est le joyau du Lipez. Ici, les flamants sont plus éloignés et apparaissent comme de petites billes roses sur fond de rouge brique.

La journée se termine au refuge de la Laguna Colorada. Les chambres sont spartiates, mais les lits paraissent confortables et les couvertures épaisses. Une fois de plus, nous ne nous lavons pas, l’eau y est glaciale. Nous profitons des dernières lueurs du soleil, il y a là dehors, face au soleil couchant, un bolivien qui effectue une espèce d’incantation tout en chantant, on dirait un rite chamanique. Nous passerons sans doute une bonne nuit, demain nous devrons partir dans la nuit.

Lipez Lipez
Salar de Chiguana et Volcan Ollague.

Lipez Lipez
Lipez Lipez
Laguna Cañapa.

Lipez

Lipez Lipez
Flamants de James à la Laguna Hedionda.

Lipez

Lipez Lipez
Lipez Laguna Colorada.

Alidade.eu Copyright © 2008 - 2015. Tous Droits Réservés. Les photos présentées sur ce site ne sont pas libres de droit.

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !