image

Lagunas de Cotacotani (27 Septembre 2010)

Randonnée aux bords des lagunes de Cotacotani dans le parc de Lauca au pied du Volcan Parinacota. Retour à Putre.

PN Lauca


Vers 8 heures, nous quittons Putre et prenons la direction du Parc National Lauca. A bord du véhicule qui peine à gagner en altitude, nous avons la chance d’être accompagnés de deux guides (Juan et Roque) fort sympathiques. Après quelques kilomètres, nous découvrons une magnifique plaine andine dominée par les deux volcans jumeaux Parinacota et Pomerape, emblèmes du parc. Plus loin, nous contournons les Lagunas de Cotacotani et arrivons aux abords du Lago Chungará, situé à 4540 mètres d’altitude.

Au lac, nous laissons la voiture et commençons notre marche qui doit nous mener jusqu’au village de Parinacota à 20 kilomètres de là. Nous longeons les eaux bleues du lac entouré de volcans. Nous distinguons même, au loin du côté bolivien, le Nevado Sajama qui domine la région du haut de ses 6542 mètres.
L’eau douce profite à toute sorte d’oiseaux qui viennent nicher sur la berge. Il y a également de nombreux alpagas qui broutent paisiblement les herbes gorgées d’eau. En les croisant, certains nous dévisagent, d’autres nous regardent passer d’un air complètement ahuri.

Nous quittons les rives du lac pour nous enfoncer au pied du volcan Parinacota. Il y a plusieurs milliers d’années, une imposante coulée de lave dévala les pentes du volcan et transforma le paysage. La lave forma un barrage retenant les eaux issues de la fonte des neiges créant ainsi le lac Chungará. Plus loin, de gros blocs de pierres furent projetés au niveau des lagunes de Cotacotani, créant ainsi un véritable dédale de lacs et d’îles qui font aujourd’hui le bonheur des flamants.

Roque nous apprend beaucoup de choses sur la faune et la flore locale. Il nous fait sentir une plante qui a les mêmes propriétés que la coca, à savoir lutter contre le mal de l’altitude. Plus loin, il nous montre les polylepis tarapacana, appelés queñua par les chiliens. Ces petits arbustes seraient l’espèce d’arbres vivant à l’altitude la plus élevée. Nous sommes tout de même à 4600 mètres au-dessus du niveau de la mer.
Adaptés également aux conditions extrêmes, les viscaches sont des rongeurs timides qui vivent dans les pierriers de l’Altiplano. Ils ressemblent de loin à de gros lapins, mais possèdent une grande queue semblable à celle de l’écureuil. Au moindre signe d’alerte, ces curieuses peluches disparaissent derrière les rochers.

Nous atteignons les premières lagunes et admirons les flamants et foulques qui profitent de l’isolement des lieux. Malheureusement, il est désolant de remarquer que l’eau des lagunes y est très inégalement répartie. Certaines lagunes ont un niveau d’eau plus bas qu’à l’habitude alors que d’autres, totalement asséchées, laissent une fine couche d’algues mortes au sol. Roque nous affirme qu’il y aurait de moins en moins de neige sur les sommets ces dernières années.
Nous profitons d’un arrêt devant une superbe lagune couleur vert chartreuse pour y déjeuner. Nous restons avec Juan car Roque repart chercher le véhicule. Nous nous retrouverons au village en fin de journée.

La seconde partie est tout aussi plaisante à travers une multitude de lagunes. Juan nous présente l’azorella compacta, la llareta. Ce sont des grosses boules vertes que l’on trouve un peu partout sur l’Altiplano. Cette plante est une sorte de mousse recouvrant les rochers. Elle croît très lentement, à raison de quelques millimètres par an. Ses minuscules feuilles charnues sont gorgées de résine qui s’accumule et durcie au fil des années. Morte la plante est un excellent combustible utilisée par les populations locales.
Notre randonnée s’achève par l’arrivée au village de Parinacota, construit au beau milieu des bofedales. Malgré quelques toits de maison en tôle ondulée, ce petit village Aymara a su garder tout son charme. Les murs sont faits d’adobe blanchie à la chaux, certains toits sont couverts de chaume et que dire de l’église, un véritable joyau. On se croirait revenu à l’époque coloniale.

Lagunas de Cotacotani Lagunas de Cotacotani
Lagunas de Cotacotani Volcans Parinacota, Pomerape et
Nevado Sajama au loin.

Lagunas de Cotacotani

Lagunas de Cotacotani Lagunas de Cotacotani
Lagunas de Cotacotani Lagunas de Cotacotani

Lagunas de Cotacotani Lagunas de Cotacotani

Lagunas de Cotacotani Lagunas de Cotacotani

Lagunas de Cotacotani

Lagunas de Cotacotani Lagunas de Cotacotani

Pratique


city Lago Chungará, Provincia de Parinacota trend Profil
mountain 4600 m dl GPX
km 19 km (asc 300 m desc 450 m) ge KML

Alidade.eu Copyright © 2008 - 2015. Tous Droits Réservés. Les photos présentées sur ce site ne sont pas libres de droit.

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !